Banniere avec icone

Comment gérer le SEO de ta startup ?

Marketing
Vente
Tutoriel

Publié le 24/06/2020

 



SEO vient de l’acronyme anglais Search Engine Optimization, que l’on pourrait traduire comme l’art de positionner un site internet dans les premiers résultats des moteurs de recherche. Dans la plupart des cas on va s’intéresser au moteur le plus utilisé : Google.

Pour réussir à répondre à toutes nos questions, Google utilise un petit robot qui parcourt les sites internet et les notes. L’enjeu du SEO, c’est donc de faire plaisir à ce petit robot afin que lorsqu’il visite notre site, il nous donne la note la plus élevée possible et qu’il comprenne bien de quels sujets on parle.

Sur internet tu verras beaucoup de pseudo-experts qui pensent avoir trouvé le secret pour amadouer ce fameux robot et le vendent dans des formations à prix parfois exorbitant. Google est une entreprise employant 50 000 personnes, dont les deux fondateurs sont des docteurs issus du MIT, qui modifie son robot plus de 3 000 fois par an, prenant en compte plus de 200 critères d’évaluations. Il est donc très peu probable que quiconque sache exactement comment fonctionne leur notation.

Dans cet article on va t’expliquer comment gérer le SEO de ta startup quand tu es encore à un stade assez précoce et que tu n’as pas une montagne de temps à dédier à cette tâche. Les points abordés dans cet article ne sont qu’une infime partie de ce que couvre le SEO, l’objectif ici est de te donner des clés pour réussir à construire une stratégie SEO en y dédiant uniquement quelques heures par semaine.

Optimisation de la structure de tes pages

Quand le robot parcourt ton site internet, il aime bien que les choses soient claires et bien rangées. Étant donné qu’il n’a pas les yeux nécessaires pour voir ton site, il analyse le code de ce dernier. Dans cette partie on va voir comment, en appliquant quelques règles simples, tu peux rendre ton contenu bien plus compréhensible pour le robot d’indexation.

Les titres

Si tu as déjà fait des cours de HTML, tu sais que sur une page web, on utilise les balises <Hn> pour indiquer la présence de titres. L’utilisation des différents niveaux de titres doit cependant suivre une certaine logique de sémantique et tu peux voir tes différents titres comme un arbre. Comme un arbre possède une racine unique, il ne peut y avoir qu’une seule balise <H1> par page.

schema arbre de titres

Sur cet exemple, voit bien la logique structurelle des titres :

 

  • Le titre principal contient toute la thématique de la page (Animaux)
  • Chaque sous-titre fragmente le titre dans lequel il se trouve (un mammifère est un sous-type d’animaux, un serpent est un sous-type de reptile qui est lui-même un sous-type d’animal)

 

Avoir une structure cohérente, cela permet au robot de bien comprendre de quoi parle la page.

Les balises utilisées pour les résultats de recherche

Quand on affiche une recherche Google, on obtient une case de ce type :

apercu recherche google

Ces informations, Google les a trouvées dans deux balises présentes sur ta page :

 

  • Title : c’est la balise qui contient le titre dans le résultat de recherche. Cette balise doit contenir environ 70 caractères, attention à ne pas trop dépasser sinon Google risque d’en faire disparaître une partie et de te pénaliser pour mauvaise utilisation de balise.
  • Métadescription : c’est le petit pitch qui explique de quoi parle la page et donne envie à l’utilisateur de cliquer. Cette balise doit contenir environ 160 caractères, attention à ne pas trop dépasser sinon Google risque d’en faire disparaître une partie et de te pénaliser pour mauvaise utilisation de balise.

 

Il y a des années, Google exploitait également une balise censée contenir des mots clés qui caractérisent le thème de ta page. Cependant, suite à de nombreux Google aurait définitivement renoncé à utiliser ce champ comme critère de notation.

Les images

Par essence, un site internet est rempli d’images. Comme on l’a vu un peu plus haut, Google n’a pas les yeux nécessaires pour comprendre ce que contiennent tes images. En utilisant le tag « alt » sur tes images, tu peux expliquer à Google de quoi elles parlent et ainsi t’assurer que le robot ait bien tout compris.

Optimiser la structure de ton site

Maintenant qu’on a vu comment tu pouvais assez simplement optimiser chaque page de manière individuelle, on va voir comment créer des liens entre les différentes pages de ton site internet.

Si une page de ton site est accessible depuis beaucoup de pages de ton site, cela veut normalement dire qu’elle est importante. En partant de ce principe, on comprend aisément qu’il faut mettre en place une politique dite de maillage interne entre les pages de son site.

Mais encore une fois, il faut utiliser cet outil avec modération et dans une approche sémantique. Cela n’a aucun sens dans une page sur les machines à laver de renvoyer vers une page expliquant comment jouer au ping-pong. Il faut aussi comprendre que plus une page contient de liens, plus la valeur de chaque lien diminue aux yeux du robot.

La manière dont le lien vers la page cible est effectué est également importante, car elle peut permettre au robot d’élargir sa compréhension de cette dernière :

 

  • Une ancre texte
  • Une image
  • Un bouton « clickbait »

 

Une des questions à se poser pour savoir si on fait bonne route, c’est de se placer en tant que lecteur et de se demander si chaque lien fait du sens.

Créer du contenu

Maintenant qu’on sait comment rendre son contenu intéressant pour le robot, il est temps de se pencher sur ledit contenu.

Quand on vient de lancer son business, on a souvent un site composé uniquement d’une page d’accueil. C’est un peu comme rendre une copie blanche au robot, vous n’avez pas fait d’erreur, mais il n’a pas grand-chose à noter.

Pour lui donner de la matière, il va falloir créer du contenu. L’idée ici est de proposer gratuitement à vos utilisateurs (clients ou prospects) des pages qui vont les intéresser, comme celle que vous êtes entrain de lire en ce moment même. Google verra que vous apportez une réponse à un problème et n’hésitera donc pas à partager votre page à de nouveaux clients, qui finiront sur votre site.

Quand on rédige du contenu, on a souvent tendance à écrire n’importe quoi en se disant que cela contentera Google, mais c’est une mauvaise stratégie. Il vaut mieux que vous écriviez un article par mois de qualité (Plus de 1 000 mots) qu’un article par semaine de 300 mots.

Piloter ton SEO

On te le répète souvent sur M’associer, mais pour nous c’est fondamental, il faut pouvoir mesurer l’impact de ce que tu fais et noter ta progression. Dans le cadre de ton SEO, Google met à ta disposition deux outils gratuits et formidables pour avoir une vision globale de ta popularité :

 

  • Search console : c’est l’outil de Google pour voir les recherches qui mènent à ton site, le nombre de cliques, les mots concernés et ta place d’affichage.
  • Google Analytics : c’est le logiciel statistique de Google qui te permet d’avoir des informations plus précises sur l’utilisation que font les gens de ton site internet.

 

Concernant Google Analytics, cela nécessite un cookie, veille donc à bien demander au préalable le consentement de tes utilisateurs et à rester dans tes droits vis-à-vis de la réglementation RGPD.

Tester ton SEO

Comme on l’a dit, énormément de paramètres entrent en compte dans la mise en place de ta stratégie SEO. Afin de savoir où tu en es et de passer une sorte d’examen blanc où on t’explique tes fautes, on te propose un petit outil que tu trouveras ici.

Il te permettra d’obtenir une note et de savoir quoi modifier pour améliorer ton site.

A retenir

 

  • En SEO, personne n’a la science exacte
  • Beaucoup de paramètres sont pris en compte par Google
  • Tu peux avoir un bon SEO en mettant tes efforts sur peu de choses
  • Tu dois piloter et tester ton SEO régulièrement pour t’assurer de rester dans la bonne direction

 

 

Nos autres articles qui pourraient t’intéresser :

 

 

 

Partager cet article